• Accueil
  • Sommet de Bamako: Faure Gnassingbé a pris part aux travaux

Sommet de Bamako: Faure Gnassingbé a pris part aux travaux

Sommet de Bamako: Faure Gnassingbé a pris part aux travaux

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Organisée sous le thème « Sommet de Bamako pour le partenariat, la paix et l’émergence », la rencontre a réuni près de 40 chefs d’Etat, de gouvernement et de délégation.

A cette occasion, le président malien Ibrahim Boubacar Keita a salué la contribution de la France et des pays africains à la préservation de l’intégrité territoriale de son pays et dans la lutte contre le terrorisme.

A noter que le Togo est l’un des plus gros contributeurs aux forces de maintien de la paix au sein de la Minusma.

La rencontre a été sanctionnée par une déclaration finale dite « déclaration de Bamako pour le partenariat, la paix et l’émergence ».

Elle s’est félicitée de la réussite du sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique tenu à Lomé en 2016, et qui a abouti à l’adoption de la charte de Lomé.

Les chefs d’Etat ont, à cet effet, encouragé les partenaires au développement ainsi que le secteur privé à appuyer le développement des structures engagées dans la lutte contre l’insécurité maritime”.

En marge du sommet le chef de l’Etat s’est entretenu avec des personnalités présentes à Bamako.

La première, M. Michel Sidibe, Secrétaire exécutif d’Onusida. Les échanges ont porté sur la lutte contre le VIH SIDA, les perspectives de l’industrie pharmaceutique sur le continent et les moyens d’élimination des diverses formes de transmission de la maladie.

Quant à Mme Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la francophonie, elle a indiqué que les échanges ont essentiellement porté sur la prochaine réunion des ministres des Affaires Etrangères de la francophonie que le Togo accueille en novembre prochain. «Des décisions importantes seront prises lors de ce conseil qui est une véritable opportunité pour le Togo » a déclaré Mme Jean avant d’ajouter que les discussions ont également tourné autour du «soutien de la francophonie à l’entrepreneuriat des jeunes au Togo ».