• Accueil
  • Soutenabilité de la dette en Afrique : le Togo plaide pour une approche globale

Soutenabilité de la dette en Afrique : le Togo plaide pour une approche globale

Soutenabilité de la dette en Afrique : le Togo plaide pour une approche globale

Développement durable et dette soutenable, trouver le juste équilibre . Faure Gnassingbé à Dakar

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le chef de l’Etat SEM Faure Gnassingbé a activement participé ce 02 décembre 2019 à Dakar au Sénégal à une conférence internationale sur le thème «Développement durable et dette soutenable, trouver le juste équilibre ».

C’était aux côtés de ses homologues du Bénin, du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Sénégal.

La rencontre a également mobilisé les premiers responsables des Nations unies et du Fonds monétaire international (FMI), les représentants du Cercles des économistes, du secteur privé, du monde universitaire et de la société civile.

Le Président sénégalais SEM Macky Sall a situé les enjeux de la conférence et salué la présence de ses à cette importante réunion et leur engagement à l’émergence du continent.

Des réflexions ont été menées au cours d’un panel de haut niveau sur les obstacles au financement de développement durable en lien avec la soutenabilité de la dette, dans les pays africains.

Le Président Faure Gnassingbé a partagé l’expérience du Togo en matière de financement du développement basé sur le partenariat public-privé, d’assainissement des finances publiques et du cadre macro-économique, et d’amélioration du climat des affaires.

Le chef de l’Etat togolais s’est félicité de la tenue de la rencontre. Il a salué la convergence de vue de ses pairs sur les critères de la viabilité de la dette en Afrique.

Le Président de la République a souligné, à cet effet, l’impérieux devoir de poursuivre les réflexions avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux, tout en prenant en compte les nouvelles problématiques des dépenses de défenses et de sécurité, de la lutte contre le terrorisme, du changement climatique et de la stabilité sociopolitique.

Il a réitéré, à cet effet son engagement à renforcer la mobilisation des ressources internes pour financer le développement de leur pays respectifs, et d’améliorer davantage la gouvernance économique et l’environnement des affaires.

La Conférence a été marquée par l’adoption d’une position commune dite «Consensus de Dakar », sur nécessité de trouver le juste équilibre entre «Développement durable » et «dette soutenable » sur le continent en vue de faire du continent la locomotive de l’émergence mondiale.