• Accueil
  • Sommet extraordinaire de l’Uemoa : les grandes décisions

Sommet extraordinaire de l’Uemoa : les grandes décisions

Sommet extraordinaire de l’Uemoa : les grandes décisions

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, a pris part à Dakar au Sénégal à la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) consacrée à la sécurité régionale

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, a pris part à Dakar au Sénégal à la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) consacrée à la sécurité régionale

Les chefs d’État ont procédé à l’analyse des mécanismes de financement proposés par le Comité de haut niveau dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la région.

Les dirigeants de l’Union ont exprimé leurs vives préoccupations face à la récurrence des attaques terroristes au Mali, au Burkina Faso et au Niger.

Le Président Faure Gnassingbé et ses pairs se sont félicités des avancées significatives réalisées dans la mise en œuvre de la politique de l’UEMOA en matière de paix et de sécurité, et ont souligné à cet effet, la nécessité de promouvoir une approche concertée pour relever les défis sécuritaires.

Les leaders de l’Union ont adopté un acte additionnel instituant un Fonds de sécurité régionale en vue de mobiliser des ressources alternatives dans la lutte contre l’insécurité.

Cet engagement renouvelé a été matérialisé par une décision d’octroi d’une enveloppe de 100 millions de dollars aux trois pays membres de la ligne de front du G5 Sahel au titre de la contribution l’UEMOA au financement à l’éradication de ce fléau dans la sous-région ouest africaine, conformément à l’engagement pris par l’Union pour participer à hauteur de 500 millions de dollars au financement du Plan d’action de la CEDEAO pour la lutte contre le phénomène sur le période 2020-2024.

Le Togo a constamment plaidé pour un renforcement de la coopération et la mise en commun des efforts en vue de lutter efficacement contre l’extrémisme violent et le terrorisme à travers sa participation aux missions de maintien de la paix.