• Accueil
  • Coronavirus : Un Conseil des ministres extraordinaire annonce des mesures idoines

Coronavirus : Un Conseil des ministres extraordinaire annonce des mesures idoines

Coronavirus : Un Conseil des ministres extraordinaire annonce des mesures idoines

Le chef de l’Etat SEM Faure Essozimna Gnassingbé a présidé, ce 5 mars 2020, le premier Conseil des ministres de l’année.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Face au Coronavirus, le chef de l’Etat SEM Faure Essozimna Gnassingbé a présidé, ce lundi 16 mars 2020, un Conseil des ministres extraordinaire pour mobiliser les moyens de protéger les Togolais.

Au cours des travaux, le gouvernement a annoncé huit (08) mesures de riposte contre la pandémie dont les chiffres augmentent dans la sous-région ouest africaine, entre autres :

1-la suspension pour deux semaines, à compter du vendredi 20 mars 2020, de toutes les liaisons aériennes en provenance des pays à haut risque à savoir l’Italie, la France, l’Espagne et l’Allemagne.

2-L’annulation de tous les évènements internationaux prévus au Togo pendant 3 semaines à compter de ce jour 16 mars 2020.

3-La suspension des missions officielles non essentielles vers les pays à haut risque à compter de ce jour 16 mars 2020.

4-L’auto-isolement obligatoire de quatorze (14) jours pour toute personne arrivant au Togo et ayant séjourné dans un pays à haut risque. Des sanctions fortes sont prévues, en cas de non-respect d’auto-isolement.

5-Le gouvernement togolais déconseille de voyager dans les pays où sévit la pandémie.

6-L’interdiction de tout rassemblement de plus de 100 personnes sur toute l’étendue du territoire national pour un mois à compter du jeudi 19 mars 2020 à minuit.

7-Le renforcement de la surveillance et des mesures individuelles et collectives de prévention et de protection : se laver les mains au savon, recourir au gel hydro-alcoolique, ne pas se serrer les mains en se saluant, éviter des accolades et des embrassades, etc.

8-Le déblocage d’une enveloppe de deux milliards de FCFA pour les actions urgentes.