• Accueil
  • Togo : vers une nouvelle politique de lecture publique

Togo : vers une nouvelle politique de lecture publique

Togo : vers une nouvelle politique de lecture publique

Le Togo s’est doté, dans son processus de promotion d’accès universel au savoir, d’une politique nationale du livre et de lecture publique, avec la création dans les années 70 de bibliothèques.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Togo s’est doté, dans son processus de promotion d’accès universel au savoir, d’une politique nationale du livre et de lecture publique, avec la création dans les années 70 de bibliothèques.

A partir de 1987, avec l’appui des Partenaires techniques et financiers (PTF),  66 structures de lecture publique ont été créées, dont trente (30) portées par le gouvernement, et trente-et-six (36) émanant d’initiatives privées.

Dans la même dynamique, douze (12) Centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC) ont été érigés dans les préfectures, grâce à la coopération agissante entre le Togo et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Aujourd’hui, il s’avère nécessaire  de consolider et de fédérer les structures intervenant dans la lecture publique. Lors du Conseil des ministres de ce 04 novembre 2020, un projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Centre national de lecture et d’animation culturelle (CENALAC) a été examiné.

L’opérationnalisation de ce nouveau Centre permettra aux pouvoirs publics de promouvoir et de favoriser, dans  une approche inclusive et participative, l’accès aux livres, à la lecture et à l’animation culturelle.

Le CENALAC contribuera également à une meilleure conservation, à l’enrichissement et à la valorisation du patrimoine documentaire (bibliothèques et médiathèques) sur toute l’étendue du territoire national.  

Le projet répond à la politique de démocratisation culturelle du chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna Gnassingbé,  celle de donner à un plus grand nombre de Togolais l’accès aux œuvres de l’esprit, et de réduire les inégalités sociales en matière de lecture publique.