• Accueil
  • Gratuité des soins obstétricaux : encore un engagement respecté du chef de l’Etat

Gratuité des soins obstétricaux : encore un engagement respecté du chef de l’Etat

Gratuité des soins obstétricaux : encore un engagement respecté du chef de l’Etat

Malgré les efforts consentis par les pouvoirs publics dans le secteur de la santé, la réduction de la mortalité maternelle et néonatale reste un défi à relever. Pour y parvenir, le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé a pris l’engagement d’améliorer considérablement le système sanitaire de notre pays, en accordant une priorité aux femmes, aux enfants et aux couches vulnérables.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Malgré les efforts consentis par les pouvoirs publics dans le secteur de la santé, la réduction de la mortalité maternelle et néonatale  reste un défi à relever.

Pour y parvenir, le Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé a pris l’engagement d’améliorer considérablement le système sanitaire de notre pays, en accordant une priorité aux femmes, aux enfants et aux couches vulnérables.

De nouvelles mesures fortes notamment la gratuité de la prise en charge médicale sont alors prises pour favoriser l’accès universel aux soins de santé maternelle et néonatale.

En Conseil des ministres tenu ce 25 novembre 2020, présidé par le chef de l’Etat, le gouvernement  a décidé de la mise en place  du Programme de gratuité de la prise en charge de la femme enceinte au Togo, avec pour objectif la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

Le programme, dont le  coût est estimé à 7,140 milliards de FCFA pour l’année 2021, couvre quatre catégories de prestations hospitalières à savoir la planification familiale, la consultation prénatale (CPN), l’accouchement et la césarienne.

Cette initiative vient renforcer celle de la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (CARMMA) lancée en 2010 pour subventionner à plus de 90% la césarienne au départ puis rendue gratuite.

La phase pilote du programme sera mise en œuvre dans les unités de soins périphériques. La première étape du projet sera soutenue par une campagne active et renforcée de planning familial avec l’appui des agents de santé communautaire et l’implication des populations à la base afin d’inciter à l’espacement des naissances.

Il est également prévu la construction et l’équipement de six (06) centres de santé mère-enfant sur toute l’étendue du territoire couplés avec le doublement du nombre d’accoucheuses auxiliaires d’Etat, et la réhabilitation  des centres hospitaliers, et de communautaires avec une attention particulière aux plateaux techniques pour les en soins obstétriques performants SONU (Soins obstétricaux et néonataux d’urgence).

Ces différents programmes témoignent une fois encore de la volonté du chef de l’Etat de donner la chance à la vie en protégeant la mère et l’enfant.