• Accueil
  • Economie : le Togo maintient le cap de la croissance malgré la COVID-19

Economie : le Togo maintient le cap de la croissance malgré la COVID-19

Economie : le Togo maintient le cap de la croissance malgré la COVID-19

Le Togo comme d’autres pays a été victime des conséquences de la crise sanitaire liée à la COVID-19. Malgré les effets néfastes de cette pandémie, l’économie nationale affiche une croissance positive. C’est ce qui ressort du rapport présenté à la dernière session du Conseil National du Crédit (CNC) du 08 avril 2021.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Togo  comme d’autres pays a été victime des conséquences de la crise sanitaire liée à la COVID-19. Malgré les effets néfastes de cette pandémie, l’économie nationale affiche une croissance positive. C’est ce qui ressort du rapport présenté à la dernière session du Conseil National du Crédit (CNC) du 08 avril 2021.

En effet, au cours de ces douze derniers mois, le taux de croissance économique est révisé à la hausse à 1,8%. Cette  progression est principalement portée par le regain d’activités dans les secteurs secondaire et tertiaire.

Ce taux avait été respectivement abaissé à 1,3% en mai contre une prévision de 5,5 initiale,  puis à 0,7% en septembre 2020, face aux incertitudes liées à la gravité et à la durée de la crise sanitaire.

Parallèlement, le taux d’inflation est contenu à 1,8% et le taux d’endettement ressorti à 59% du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2020.

Ce qui démontre que des efforts ont été faits pour résister au choc de la crise sanitaire, et préparer la résilience de l’économie.

D’ailleurs pour 2021, les perspectives sont encore plus reluisantes. La progression de l’activité économique devrait s’accélérer de 4,8%, en raison de l’intensification des mesures prises pour une maîtrise des effets de la pandémie et une relance de la croissance économique.

On note également une amélioration de l’accès aux financements au niveau des établissements financiers notamment les institutions de microfinances. Les crédits qu’elles ont octroyés aux agents économiques ont connu un accroissement pour ressortir à 180 milliards de FCFA en 2020, contre 179 milliards de FCFA en 2019.

Par contre le montant des nouveaux crédits accordés par les banques est de 590 milliards de FCFA, alors qu’il était de 662 milliards de FCFA un an plutôt.

En ce qui concerne le taux d’intérêt moyen pondéré des crédits bancaires, il est resté à 7,7% entre 2019 et 2020.

Ces progressions s’expliquent par des dispositions urgentes prises par les plus hautes autorités notamment les mesures d’allègements des charges fiscales et des programmes d’aide aux populations vulnérables pour endiguer la propagation du fléau.

Le gouvernement a réaffirmé son engagement à prendre des mesures qui s’imposent pour lutter contre la prolifération des structures de placements qui s’installent illégalement un peu partout dans notre pays et la fuite des capitaux. Ces entités qui se livrent à de telles activités illicites,  seront purement et simplement fermées.