• Accueil
  • Togo : le gouvernement encourage l’entrepreneuriat des jeunes

Togo : le gouvernement encourage l’entrepreneuriat des jeunes

Togo : le gouvernement encourage l’entrepreneuriat des jeunes

L’entrepreneuriat est l’une des pistes privilégiées par le gouvernement togolais pour promouvoir l’auto-emploi des jeunes et lutter contre le chômage. Des mécanismes notamment le FAIEJ, le PAEIJ-SP et l’AJISEF ont été mis en place pour accompagner les jeunes porteurs de projets novateurs.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

L’entrepreneuriat est l’une des pistes privilégiées par le gouvernement togolais pour promouvoir l’auto-emploi des jeunes et lutter contre le chômage. Des mécanismes notamment le FAIEJ, le PAEIJ-SP et l’AJSEF ont été mis en place pour accompagner les jeunes porteurs de projets novateurs. 

Le Fonds d’appui aux Initiatives économiques des jeunes (FAIEJ) a contribué à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes de 18 à 35 ans dans les secteurs de l’agriculture, la transformation agro-alimentaire, la production céréalière, l’artisanat, des TIC et des énergies renouvelables.

A la date du 30 juin 2021, ce dispositif  a permis de financer 3.600 projets, d’octroyer environ 4.522.000.000 CFA de crédits et de créer 12.792 emplois. Le Fonds a aussi formé 22.832 jeunes en auto-emploi.

Pour répondre davantage aux préoccupations des jeunes surtout dans le secteur agricole, le gouvernement a mis en place le Projet d’appui à l’employabilité et à l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs (PAEIJ-SP).

Le PAEIJ-SP a facilité de 2016 à 2020 l’accès au financement de 1420 primo-entrepreneurs  et la création de 35000 emplois directs particulièrement dans les régions des Savanes, Centrale et des Plateaux.

Le projet a également appuyé 2135 groupements agricoles, formé des institutions bancaires  sur le financement des chaînes de valeur agricole et la gestion des systèmes d’information du marché du travail et favorisé l’accès au financement des Petites et moyennes entreprises (PME). Au total 13,3 milliards FCFA de crédits ont été alloués à 20 PME/PMI, 774 primo-entrepreneurs individuels et 1159 primo-entrepreneurs en groupement.

A ces mécanismes d’appui technique et financier du gouvernement s’ajoute le programme  d’Accès des jeunes aux services financiers (AJSEF). Grâce à ce produit du Fonds national de la finance inclusive (FNFI), les jeunes en fin d’apprentissage et ceux diplômés sans emploi ayant une volonté d’entreprendre ont la possibilité de bénéficier d’un prêt de 300.000 FCFA remboursable sur une période de 12 mois.

Cette dynamique entrepreneuriale a été renforcée avec la création du Mécanisme incitatif de financement agricole basé sur le partage de risques (MIFA SA) qui a favorisé l’accès  des jeunes aux crédits agricoles.

Les jeunes entrepreneurs ont également bénéficié du soutien de l’Etat à travers l’Agence nationale de promotion et de garantie de financement (ANGPF)  des PME/PMI.

D’autres mesures d’accompagnement ont été également prises notamment l’initiative présidentielle de réservation de quota de 25% de marchés publics aux jeunes entrepreneurs. L’objectif est de soutenir l’engagement des jeunes qui optent de plus en plus pour l’initiative privée.

Dans le domaine de l’innovation technologique, des centres d’incubateur de créativité ont été créés dans les régions maritime, de la Kara et des Savanes. Ces structures sont chargées de proposer des solutions innovantes aux problèmes de promotion socioéconomique des jeunes.

Comme on le voit, les préoccupations de la jeunesse sont au cœur des actions du gouvernement qui mobilise d’importants moyens techniques et financiers au profit des jeunes pour leur auto-emploi et insertion socio-professionnelle.