• Accueil
  • Partenariat Banque mondiale-Togo : un financement pour la construction du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey

Partenariat Banque mondiale-Togo : un financement pour la construction du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey

Partenariat Banque mondiale-Togo : un financement pour la construction du corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey

La Banque mondiale est résolument engagée aux côtés du Togo et d’autres pays de la sous-région pour un partenariat dynamique dans un élan d’intégration économique. Le Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé a reçu à cet effet, ce 29 octobre 2021, Monsieur Ousmane Diagana, Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’ouest et centrale, en visite de travail dans notre pays.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La Banque mondiale est résolument engagée aux côtés du Togo et d’autres pays de la sous-région pour un partenariat dynamique dans un élan d’intégration économique. Le Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé a reçu à cet effet, ce 29 octobre 2021, Monsieur Ousmane Diagana, Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’ouest et centrale, en visite de travail dans notre pays.

Le Chef de l’État et son hôte ont évoqué les grandes priorités de développement socioéconomique du Togo et de la sous-région ainsi que l’appui de l’institution financière internationale pour leur mise en œuvre.

Signature d’un accord de financement d’un projet corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey

Les échanges entre le Président de la République et le Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’ouest et centrale ont été suivis d’une cérémonie de signature d’un accord de financement du projet régional corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey, présidée par le Chef de l’État.

Pour le Togo, un montant de 120 millions de dollars US est mobilisé en vue de la réalisation de cet ambitieux projet sur une durée de cinq ans.

Les documents ont été paraphés, côté togolais par le ministre de l’Économie et des finances, Sani Yaya et pour la Banque mondiale par la Directrice des Opérations pour le Togo, la Côte d’Ivoire et la Guinée, Madame Coralie Gevers.

Le Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’ouest et centrale a remercié le Chef de l’État d’avoir présidé personnellement cette cérémonie, un acte hautement symbolique qui témoigne de son engagement pour l’intégration sous-régionale.

 « Le Président de la République nous a fait l’insigne honneur de présider la signature de l’accord de financement du projet corridor Lomé-Ouagadougou-Niamey qui participe à l’intégration sous-régionale. C’est un acte qui démontre la solidarité du Togo avec les pays de l’hinterland. L’importance stratégique du projet c’est de contribuer au développement des relations économiques, faciliter la circulation des biens et des services, et par conséquent accélérer le développement de ces trois pays de la CEDEAO » a précisé Monsieur Ousmane Diagana.

Le projet régional corridor économique Lomé-Ouagadougou-Niamey est une initiative du Togo, du Burkina Faso et du Niger pour améliorer la connectivité régionale et le développement des infrastructures socio-économiques communautaires le long du corridor reliant ces trois pays.

Au Togo, ce projet est en phase avec l’ambition du Chef de l’État de faire du pays un hub logistique, et de ses régions des pôles de développement socio-économique, conformément au Plan national de développement (PND) et à la feuille de route gouvernementale (2020-2025).

Plusieurs activités sont alors projetées. Il s’agit entre autres de la réhabilitation du tronçon Aouda-Kara, l’amélioration des pistes d’accès aux agropoles de Kara et de l’Oti, de la réalisation de l’inspection de sécurité routière et la mise en œuvre d’actions correctives sur l’axe Lomé-Cinkassé.

Il est également prévu la construction de parkings le long du corridor et l’appui à la professionnalisation des acteurs du transport routier.

A cela s’ajoutent l’amélioration des processus de passage des frontières et des procédures de transit ainsi que l’appui aux établissements bancaires pour le partage du risque dans le cadre du rajeunissement du parc automobile gros porteurs.

Par ailleurs, le projet contribuera au renforcement de l’intégration sous-régionale, avec l’amélioration des conditions de transport, la mise en valeur des opportunités économiques et la levée des obstacles au commerce.

Volume des engagements de la Banque mondiale au Togo

La Banque mondiale reste l’un des principaux partenaires de notre pays en matière de financement des projets innovants et à fort potentiel de croissance et d’amélioration du climat des affaires. Cette coopération est guidée par le Cadre de partenariat pays (CPP) 2017-2020.

Avec la gouvernance comme thème transversal, le CPP est structuré autour de trois axes fondamentaux à savoir la performance du secteur privé et création d’emploi, la prestation de services publics inclusifs ainsi que la durabilité et la résilience environnementale.  Les deux parties s’activent pour l’adoption d’un nouveau cadre de partenariat en phase avec les objectifs de la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Le portefeuille de l’institution de Bretton Woods pour le Togo est d’un montant total de 701,4 millions USD réparti en onze projets nationaux, un don fiduciaire et sept projets régionaux.

Ce portefeuille couvre cinq secteurs que sont le capital humain (47%), les infrastructures (27%), le développement durable (17%) et la gouvernance (9%).

Au titre de l’année fiscale 2021, le taux de décaissement du Togo a atteint 56% grâce à un suivi mensuel rapproché des projets qui permet d’anticiper sur les contraintes de mise en œuvre et de décaissement. Par ailleurs, à la date du 14 octobre 2021, le taux de décaissement cumulé de l’ensemble du portefeuille actif est de 39.4%.

La Banque mondiale a également approuvé une opération d’appui budgétaire d’urgence de 70 millions de dollars US pour appuyer les réformes visant à jeter les bases de la reprise économique et à améliorer l’environnement des entreprises.

L’institution financière internationale a également accompagné le Togo dans sa politique d’amélioration du système éducatif. A travers le Fonds mondial pour l’éducation, un projet d’urgence de 6,85 millions USD a été mis en œuvre dans ce secteur.

En ce qui concerne la protection sociale, le Togo a acquis un financement additionnel du projet de Filets sociaux de base (FSB) d’un montant de 15 millions de dollars US pour renforcer les initiatives de transferts monétaires.

La Banque mondiale a ajusté son programme pour accompagner notre pays dans la gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus. A cet effet, un montant total de 16 millions USD a été mobilisé pour faire face aux besoins urgents du gouvernement.

Un financement additionnel du projet PREPSRU de 20 millions USD est en cours de préparation pour contribuer efficacement au plan d’acquisition et de déploiement des vaccins contre la Covid-19 dans notre pays.

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a récemment approuvé le financement de plusieurs projets de développement socioéconomique au Togo.

Il s’agit notamment du projet services de santé essentiels de qualité pour la couverture sanitaire universelle au Togo (70 millions USD), le projet de résilience des côtes entre le Bénin et le Togo (financement additionnel de 12 millions de dollars US, du projet de filets sociaux et des services de base (financement additionnel de 20 millions de dollars US).

A cela s’ajoute le projet d’investissement de la Société financière internationale dans TOGOCOM (122 millions d’euros) et le projet d’amélioration de la qualité de l’enseignement primaire (37,6 millions de dollars US)

Perspectives du partenariat Banque mondiale-Togo

Dans les perspectives du renforcement de la coopération entre le Togo et la Banque mondiale, les deux parties se sont engagées à consolider les acquis et étendre les activités des projets en cours, à mieux appuyer les efforts de mobilisation du secteur privé en vue d’une plus grande diversification économique et de la création d’emplois.

La Banque mondiale et le Togo vont également poursuivre les efforts de prévention et de réponse à la crise sanitaire en vue d’un accès plus équitable aux vaccins anti COVID-19.

Pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris, les deux parties vont maximiser l’action climatique à travers les concrétisations des ambitions afin d’atténuer les changements climatiques et de s’y adapter.

Certains points forts des perspectives du partenariat entre la Banque mondiale et le Togo font l’objet de discussion pour le renforcement du développement à travers l’économie digitale, l’énergie, le capital humain, la lutte contre l’érosion côtière et le soutien du Togo pour la reconstitution des projets de l’Association internationale de développement (IDA).