• Accueil
  • 61è sommet ordinaire de la CEDEAO : d’importantes décisions ont été prises

61è sommet ordinaire de la CEDEAO : d’importantes décisions ont été prises

61è sommet ordinaire de la CEDEAO : d’importantes décisions ont été prises

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a participé aux côtés de ses pairs aux travaux de la 61è session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ce dimanche 03 juillet 2022 à Accra au Ghana.

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé a participé aux côtés de ses pairs aux travaux de la 61è session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ce dimanche 03 juillet 2022 à Accra au Ghana.

Après examen de la situation sociopolitique, sécuritaire et économique de la sous-région, les dirigeants ouest africains ont pris d’importantes décisions pour relever les défis auxquels fait face la communauté en vue de favoriser davantage l’intégration régionale et d’améliorer les indicateurs macro-économiques.

Les chefs d’État et de gouvernement ont procédé au renouvellement des instances sous-régionales, avec notamment l’élection du président bissau-guinéen Umaro Embalo Sissoco à la tête de la CEDEAO et d’un nouveau président de la Commission en la personne du diplomate gambien Alieu Omar Touray.

La Conférence a salué les efforts constants des chefs d’État au plan national et régional, pour le renforcement de la gouvernance, la stabilité et la promotion de la libre circulation des biens et des personnes.

Le Président de la République, Faure Gnassingbé a réitéré l’engagement du Togo en faveur de l’intégration régionale, d’une synergie d’actions contre les menaces sécuritaires et de toute initiative visant la consolidation de la paix par le dialogue.

Les dirigeants ouest africains ont réaffirmé leur détermination pour l’application stricte du Protocole additionnel de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance.

Dans cette dynamique, face aux initiatives des autorités de la transition au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, la Conférence a pris de nouvelles mesures pour un retour à la stabilité dans ces pays, tout en assouplissant les sanctions.