• Accueil
  • Sécurité alimentaire, le Togo propose des pistes de solutions

Sécurité alimentaire, le Togo propose des pistes de solutions

Sécurité alimentaire, le Togo propose des pistes de solutions

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, invité spécial de cette session, a dans son intervention introductive, donné des orientations précises pour circonscrire les enjeux autour de la résilience du système alimentaire et de l'accès aux engrais.

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

La flambée des prix des engrais et les conflits internationaux restent une préoccupation pour les pays africains qui connaissent de façon récurrente des crises alimentaires ces dix dernières années. A Washington ce 11 octobre 2022, une rencontre de haut niveau est consacrée à cette situation inquiétante, l’objectif étant de mener des réflexions pour apporter des réponses urgente et durables.

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, invité spécial de cette session, a dans son intervention introductive, donné des orientations précises pour circonscrire les enjeux autour de la résilience du système alimentaire et de l’accès aux engrais.

Le chef de l’Etat a d’abord posé le diagnostic de la problématique qui constitue une préoccupation permanente et principale de par le monde.

« La problématique de la sécurité alimentaire ne peut être appréhendée du seul point de vue du volume de la production des denrées alimentaires. Mais il convient également de prendre en considération la question de l’accès aux dites ressources alimentaires ».

En présence des dirigeants, ministres, partenaires au développement, industriels et chercheurs, le Président de la République a proposé des pistes de solution en cinq points pour une résilience du système.

Le chef de l’Etat a ensuite lancé un appel aux partenaires pour un appui conséquent aux pays dans leur politique de sécurité alimentaire.

Prenant l’exemple du Togo avec l’amélioration du climat des affaires, le Président de la République a insisté sur l’implication du secteur privé, car pour lui les investissements privés sont la clé de la sécurité alimentaire nationale.