• Accueil
  • Mutualiser les efforts contre l’insécurité en Afrique

Mutualiser les efforts contre l’insécurité en Afrique

Mutualiser les efforts contre l’insécurité en Afrique

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cette rencontre inédite placée sous le thème principale «paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme violent » a connu la participation d’une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement et des représentants d’organisations internationales.

 

Le chef de l’Etat SEM Faure Essozimna Gnassingbé, président en exercice de la Cedeao dans son allocution de bienvenue, s’est félicité de la tenue de cette rencontre conjointe de haut niveau.

 

Le Président de la République a souligné, à cette occasion, l’impérieuse nécessité de trouver une meilleure approche aux menaces sécuritaires en vue de garantir la paix et la stabilité sur le continent.

 

Il a appelé à une coopération opérationnelle effective et efficace dans la lutte contre le terrorisme dans les deux sous-régions voire en Afrique.

 

«Nous nous devons de régler au cours de ce sommet les problèmes qui se posent à la coopération opérationnelle effective et efficace entre nos forces de défense et de sécurité en levant notamment les obstacles à l’entraide judiciaire, à l’extradition, à la coopération en matière de police criminelle, au droit de poursuite».

 

Le Président de la République a, pour terminer, invité les Etats membres des organisations sous-régionales et internationales et les partenaires au développement à accompagner la mise en œuvre effective des décisions qui sortiront de cette assise.

 

L’intervention du chef de l’Etat a été suivie par bien d’autres dont le discours d’ouverture du président en exercice de la CEEAC, le Président gabonais Ali Bongo Ondimba.

 

Les travaux ont été sanctionnés par un communiqué final qui fait ressortir les grandes décisions de ce sommet inédit notamment l’adoption de la déclaration de Lomé sur la paix,  la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme violent.

 

«Les Chefs d’État et de gouvernement réaffirment leur volonté à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent à travers notamment l’implication des leaders religieux et communautaires, des femmes, des acteurs du système éducatif et autres groupes concernés de la société civile dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de dé-radicalisation, de réinsertion, de réintégration et de réconciliation», peut-on lire dans le communiqué final.

 

Aussi, ont-ils encouragé à une meilleure coopération entre les deux régions avec un accent particulier mis sur les services de sécurité habilités de leurs Etats respectifs pour échanger les informations et les renseignements pertinents.

 

Les chefs d’Etat des deux organisations sous-régionales, ont par la même occasion, décidé d’institutionnaliser le Sommet conjoint qui doit désormais se tenir chaque deux ans, de façon alternative dans l’un ou l’un espace communautaire pour faire le point de la mise en oeuvre des engagements contenus dans la Déclaration de Lomé. Cependant, ils ont pris l’engagement de se concerter  chaque année en marge du sommet ordinaire de l’Union Africaine de janvier. 

 

Le prochain sommet conjoint CEDEAO-CEEAC est annoncé en 2020 à N’Djamena au Tchad.