• Accueil
  • La promotion du leadership féminin porte ses fruits au Togo

La promotion du leadership féminin porte ses fruits au Togo

La promotion du leadership féminin porte ses fruits au Togo

La gent féminine est fortement mise en valeur au Togo. Pour preuve, beaucoup de femmes s’affirment au sein de l’opinion publique comme de véritables leaders, des influenceuses, des figures de proue des partis politiques, des ONG ou des mouvements syndicaux, des modèles à suivre par la jeune génération.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Aussi loin qu’on s’en souvienne, les femmes sont persécutées par des préjugés qui déprécient leurs rôles pourtant indispensables dans une société.

D’aucuns estiment qu’elles doivent se cramponner au foyer et jouer les seconds rôles ; pour d’autres, les mêmes droits qu’aux hommes ne peuvent et ne doivent pas leur être accordés. Au fil des années, cette appréhension a perdu du crédit grâce à une kyrielle d’actions destinées à promouvoir la gent féminine, pierre angulaire du développement.

Au Togo, la liberté de décision, d’implication dans les affaires publiques, d’avoir les mêmes privilèges ou droits, de bénéficier d’aide pour une autonomisation, etc. lui est garantie. Le nombre de femmes occupant des postes à responsabilité élevée dans la sphère politique, longtemps restée le terrain de prédilection des hommes, en est une preuve irréversible.

Au début du mois d’octobre 2020,  Mme Victoire Tomegah-Dogbé a été portée à la tête du nouveau gouvernement formé pour multiplier les enjambées vers l’émergence à l’horizon 2025.

Cette nomination, historique dans la mesure où aucune femme n’a été Premier ministre avant elle, prouve que les pouvoirs publics togolais veulent briser les barrières, donner carte blanche aux femmes, faciliter leur épanouissement et aiguillonner les jeunes filles à leur emboîter le pas.

Le premier grand coup d’essai des dirigeants s’est ensuite révélé être un coup de maître. Yawa Tsègan, députée du parti au pouvoir, a été portée en début d’année 2019, au perchoir de l’Assemblée nationale, faisant d’elle la première femme à occuper cette haute fonction au Togo ; elle l’assume avec brio.

Les femmes en avant, les préjugés en arrière

Le présent gouvernement compte 10 femmes sur 33 membres, les ministres délégués et rattachés à la présidence inclus. Il y a entre autres Marguerite Gnakadè (ministre des Armées), Myriam de Souza-D’Almeida (ministre du Développement à la base), Cina Lawson (ministre de l’Economie numérique et de la Transformation digitale), Adjovi Lonlongno Apedoh (ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’alphabétisation), Ablamba Johnson (ministre secrétaire général de la présidence), Mazamaesso Assih (ministre chargé de l’Inclusion financière et de l’Organisation du secteur informel), Mawunyo Mila Aziable (ministre délégué auprès du président de la République chargé de l’Energie et des Mines), à seulement 29 ans, etc.

Les femmes et les enjeux du nouveau quinquennat

La promotion de la participation citoyenne, de l’entrepreneuriat, de l’autonomisation et de l’inclusion des femmes fait partie intégrante des engagements du chef de l’Etat. La proportion des femmes propriétaires d’entreprises, évaluée aujourd’hui à plus de 22%, montera à 28% ; celle des femmes ayant accès au crédit, estimée actuellement à 45%, sera portée à 60%.

Le Fonds national de la finance inclusive (FNFI) octroie des crédits allant jusqu’à 05 millions de francs CFA aux femmes sans oublier l’initiative présidentielle de réservation du quota de 25% de marchés publics aux femmes entrepreneures qui porte ses fruits.

Aider les femmes, c’est prendre soin d’elles

Le président de la République a annoncé la construction de 06 centres de santé mère-enfant sur le territoire, avec le doublement du nombre d’accoucheuses auxiliaires d’Etat ; la gratuité du vaccin contre l’hépatite B et le cancer du col de l’utérus ; la césarienne (déjà subventionnée à 98% par l’Etat) sera totalement gratuite ainsi que la prise en charge des femmes enceintes dans le pays.

Sur le plan agricole, l’objectif est de porter la proportion des femmes salariées agricoles de 58,11% à 80% en leur réservant un quota de 30% de la superficie de chaque Zone d’aménagements agricoles planifiée (Zaap) ; en organisant 50 000 d’entre elles dans les opérations de transformation, conditionnement et commercialisation des produits agricoles ; en renforçant les mécanismes existants d’accompagnement des initiatives économiques des femmes ; en opérationnalisant pour elles des centres de gestion agréés dans toutes les régions…

La gent féminine est fortement mise en valeur au Togo. Pour preuve, beaucoup de femmes s’affirment au sein de l’opinion publique comme de véritables leaders, des influenceuses, des figures de proue des partis politiques, des ONG ou des mouvements syndicaux, des modèles à suivre par la jeune génération.