• Accueil
  • Système sanitaire de base : un budget de 77,9 milliards pour consolider le PNDS

Système sanitaire de base : un budget de 77,9 milliards pour consolider le PNDS

Système sanitaire de base : un budget de 77,9 milliards pour consolider le PNDS

Système sanitaire de base : un budget de 77,9 milliards pour consolider le PNDS Le développement social résilient et inclusif de notre pays exige entre autres l’accès universel aux soins de santé. Au-delà de la lutte contre la pandémie liée à la COVID-19, l’ambition du gouvernement est de consolider davantage le Plan national de développement sanitaire (PNDS).

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le développement social résilient et inclusif de notre pays exige entre autres l’accès universel aux soins de santé. Au-delà de la lutte contre la pandémie liée à la COVID-19, l’ambition du gouvernement est de consolider davantage le Plan national de développement sanitaire (PNDS).

Pour concrétiser cette vision du Chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, une enveloppe de 77,9 milliards est allouée au secteur de la santé et de la protection sociale au titre de l’année 2021, soit 10% des ressources consacrées aux départements ministériels et institutions de la République.

Cette allocation budgétaire permettra d’implémenter, dans une approche participative et inclusive, les différents programmes et projets du PNDS. Deux composantes prioritaires sont alors visées. Il s’agit de l’amélioration de la gouvernance du système sanitaire et la modernisation des infrastructures et équipements socio-sanitaires.

Dans cette dynamique, le processus de contractualisation des formations sanitaires sera élargi pour un meilleur assainissement de la gestion sanitaire, à la satisfaction de tous les acteurs.

Avec ce plan d’investissement, des nouvelles mesures d’envergure sont également prises pour la construction d’un hôpital et un laboratoire moderne dans chaque région  ainsi que le renforcement du plateau technique des hôpitaux et centres de santé régionaux et préfectoraux du pays.

Un accent particulier est déjà  mis sur la qualité des ressources humaines, avec la formation et le renforcement du personnel médical et paramédical.

L’attention est également portée sur d’autres acteurs du système sanitaire notamment les couches vulnérables. Le gouvernement s’engage à cet effet à rendre effectives l’initiative présidentielle de prise en charge gratuite des soins de santé maternelle et néonatale et la couverture universelle.

Somme toute, le chef de l’Etat ne lésine pas sur les moyens pour garantir la soutenabilité du financement du secteur de la santé, une politique efficace et efficiente qui permettra d’améliorer significativement le bien-être des populations togolaises à travers la qualité, la proximité et l’accessibilité des soins de santé.