• Accueil
  • Agro-business : le chef de l’Etat intensifie la mise en valeur des Zones agro-pastorales

Agro-business : le chef de l’Etat intensifie la mise en valeur des Zones agro-pastorales

Agro-business : le chef de l’Etat intensifie la mise en valeur des Zones agro-pastorales

Déjà soumis à une profonde transformation structurelle au cours de ces dernières années, le secteur agricole bénéficie encore une fois d’une attention particulière du Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, avec notamment des investissements ciblés et des projets d’envergure.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Déjà soumis à une profonde transformation structurelle au cours de ces dernières années, le secteur agricole bénéficie encore une fois d’une attention particulière du Président de la République, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, avec notamment des investissements ciblés et des projets d’envergure.

En effet, sur les orientations du Chef de l’Etat, le gouvernement a pris des dispositions pour la mise  en place des zones d’aménagement agricole planifié (ZAAP) et des zones d’aménagement de la production bovine (ZAPB).

Le sujet a d’ailleurs fait l’objet d’une communication examinée au Conseil des ministres du 10 février 2021.

Les ZAAP, un  mode d’exploitation agricole moderne

Pour une meilleure campagne agricole 2021-2022 notamment dans les zones à fort potentiel agricole, il est déjà prévu dans les tous prochains mois, la construction de 80 Zones dans les régions économiques du pays, ce qui portera le nombre à 118.

Ces nouvelles Zones sont réparties comme suit : 24 dans la région des Savanes, 24 dans la Kara, 5 dans la Centrale, 11 dans les Plateaux et 16 dans la Maritime.

Au total, 8000 hectares de terres cultivables, à raison de 100 hectares par zone, seront aménagés pour améliorer la productivité agricole dans les filières porteuses.

Les travaux techniques ont été déjà lancés en décembre 2020 avec l’identification des terres cultivables auprès des collectivités locales, les levées topographiques et l’organisation des exploitants agricoles.

Les sites seront dotés de magasins d’une capacité moyenne de 500 tonnes, voies d’accès supplémentaires, systèmes de retenue d’eau et d’irrigation, logements et de bergeries améliorées, le tout alimenté de mini-centrales solaires photovoltaïques.

Fruit d’une collaboration efficiente entre les collectivités locales disposant au minimum de 100 hectares de terres arables, le gouvernement et les organisations paysannes, les ZAAP sont un  mode d’exploitation agricole moderne.

Elles réunissent à cet effet sur un seul et même site différents blocs pour la production des cultures vivrières, le maraîchage, la production d’arbres fruitiers, l’élevage et la pisciculture. Ces zones mettent en jeu la modernisation des techniques culturales et la dynamique des coopératives agricoles.

Avec la création de MIFA, le gouvernement entend promouvoir davantage le développement rural à travers le renforcement de la chaîne de valeur agricole, la mise en place de nouvelles unités de transformation des produits agricoles, la promotion de l’entreprenariat agricole des jeunes et des femmes, par ricochet l’inclusion sociale et financière.

Les ZAPB, un système d’exploitation bovin moderne

Dans le même élan,  le gouvernement prévoit la construction des Zones d’Aménagement de Production Bovine (ZAPB).

Dix (10) sites ont été identifiés comme zones pilotes pour le développement de ces ZAPB dans les préfectures de Zio, Lacs, Haho, Ogou, Anié, Blitta, Tchamba, Bassar, Kozah et Oti.

Ces sites pilotes bénéficieront du soutien financier du Projet d’appui aux populations vulnérables (PAPV) à hauteur de cinq cents millions (500 000 000) de Francs CFA.

Les Zones d’aménagement de production bovine (ZAPB) constituent un système d’exploitation bovin dans un domaine bien circonscrit, regroupant des pools de troupeaux bovins d’une localité donnée ; disposant d’atouts naturels et d’infrastructures sociales de base (école, dispensaire, cabinet vétérinaire…).

La création des agropoles participent également à cette dynamique de mise en valeur des terres cultivables de la promotion de l’agro-business.

Ces différents projets contribueront à faire du Togo un pôle d’excellence d’exportation des produits  agricoles dans la sous-région, conformément à la vision du Président de la République déclinée dans la feuille de route gouvernementale (2020-2025) et dans l’Axe 2 du Plan national de développement.