• Accueil
  • Togo reboisement: l’appel de 1977 toujours dans la conscience collective

Togo reboisement: l’appel de 1977 toujours dans la conscience collective

Togo reboisement: l’appel de 1977 toujours dans la conscience collective

En 1977, une forte sécheresse menaçait la sous-région ouest africaine. La crainte de l’avancée du désert préoccupe alors les autorités togolaises qui ont pris des décisions énergiques pour juguler le fléau. Avec une vision écologique, le Père de la Nation, Feu Gnassingbé Eyadéma se projetait dans un Togo « vert », avec une couverture forestière optimale et un potentiel ligneux diversifié.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

En 1977, une forte sécheresse menaçait la sous-région ouest africaine. La crainte de l’avancée du désert préoccupe alors les autorités togolaises qui ont pris des décisions énergiques pour juguler le fléau.

Avec une vision écologique, le Père de la Nation, Feu Gnassingbé Eyadéma se projetait dans un Togo « vert », avec une couverture forestière optimale et un potentiel ligneux diversifié.

Il a décidé que le 1er juin soit dédié à la Journée nationale de l’Arbre, en appelant tous les Togolais à planter au moins un arbre.  Un appel qui a sonné comme un éveil de la conscience collective autour du reboisement au Togo.

«Celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement » un adage qui résonnait comme un slogan mobilisateur.

Cette journée instituée invite chaque année les Togolaises et les Togolais à planter des arbres, un engagement politique et citoyen pour lutter contre la déforestation, et protéger notre écosystème pour un développement durable.

Depuis lors,  mettre en terre au moins un plant le 1er juin est devenu une tradition observée par notre pays.

Pour preuve, le premier inventaire forestier national, réalisé en 2016, révèle un taux de couverture forestière nationale de 24,24%, loin de la désertification qui menaçait dans le temps.

Malgré ces efforts, le couvert végétal togolais va subir une dégradation dont le taux annuel est estimé à 0,4% pour la période 1990-2015, soit environ 5679 ha par an selon une étude réalisée par REDD+. Ce phénomène s’explique par des facteurs naturels, humains, sociaux et économiques.

Face à cette situation, le Togo veut saisir le taureau par les cornes en lançant une nouvelle campagne de reboisement destinée à accroitre significativement le couvert forestier national.

Ce 1er juin, le gouvernement met à disposition  300.000 plants pour la mise en terre, et du 02 juin à septembre 2021, 10.000.000 plants. 

L’appel de 1977 reste toujours d’actualité. Chaque Togolaise et Togolais se doit de faire sienne cette politique de reboisement qui contribue à notre équilibre vital et à lutter contre le changement climatique.