• Accueil
  • Protection sociale : le gouvernement offre une sécurité sanitaire aux maires et conseillers municipaux

Protection sociale : le gouvernement offre une sécurité sanitaire aux maires et conseillers municipaux

Protection sociale : le gouvernement offre une sécurité sanitaire aux maires et conseillers municipaux

Le gouvernement togolais vient d’étendre l’assurance maladie aux Conseillers municipaux. Les élus locaux peuvent désormais être pris en charge par l’Etat dans des structures sanitaires spécifiques contre une contribution financière adaptée à leur capacité.

Partager sur :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Le gouvernement togolais vient d’étendre l’assurance maladie aux Conseillers municipaux. Les élus locaux peuvent désormais être pris en charge par l’Etat dans des structures sanitaires spécifiques contre une contribution financière adaptée à leur capacité.

La phase opérationnelle de cette initiative, qui s’inscrit dans le processus d’assurance maladie universelle, a été officiellement lancée, ce 05 novembre 2021, par le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires, Monsieur Payadowa Boukpessi.

Cette couverture sociale offre deux polices d’assurance à tous les élus locaux des 117 communes à savoir l’assurance santé et l’assurance individuelle accident.

La première est destinée à 750 conseillers municipaux qui ne disposent pas encore d’assurance santé tandis que la seconde garantit le remboursement des frais médicaux en cas de dommages corporels subis lors d’accident et dans le pire des situations le payement d’un capital en cas d’invalidité à l’assuré ou à ses ayants droit en cas de décès.

L’assurance individuelle accident groupe couvre l’ensemble des 1527 conseillers municipaux qui sont assurés pour un capital de 5 millions en cas de décès et d’invalidité suite à un accident et 500.000 F CFA pour les frais médicaux.

Le groupe Nouvelle société interafricaine d’assurance (NSIA) a été retenu pour la mise en œuvre de cette couverture d’assurance maladie suite aux appels d’offres.

L’événement a été marqué par la remise de passeport santé aux bénéficiaires.

Les Conseillers municipaux ont témoigné leurs gratitudes au Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé pour sa politique sociale.

« Nous tenons sincèrement à dire merci au Chef de l’Etat pour cet acte de solidarité avec tous les élus locaux. A travers ce geste, le Président de la République vient de nous garantir la sécurité sociale en matière de santé » a déclaré Monsieur Koamy Gomado, Maire du Golfe1 et Vice-président de la Faitière des communes du Togo (FCT).

L’extension de l’assurance maladie aux élus locaux traduit également la volonté du Chef de l’Etat de consolider le processus de décentralisation à travers l’amélioration des conditions de vie et de travail des élus locaux.

Ce mécanisme de mutualisation des risques et de solidarité vient en complément aux multiples actions du Président de la République à l’endroit des conseillers municipaux et des collectivités territoriales.

Il s’agit entre autres de l’octroi de véhicules de commandement à chaque Maire, la réhabilitation des communes et de dix bureaux communaux, le Fonds d’appui aux collectivités territoriales pour près de dix milliards en deux ans d’exercice.

Le ministre d’Etat, Payadowa Boupkéssi a réaffirmé l’engagement des plus hautes autorités du pays à faire de la décentralisation une réalité à travers des accompagnements multiformes.

« Ensemble nous devons rendre un hommage mérité au Président de la République pour avoir tenu parole et pour politique d’amélioration des conditions de vie des élus locaux cette attention particulière du Chef de l’État à l’endroit des collectivités territoriales se justifie par ses préoccupations permanentes pour l’amélioration du cadre de vie des populations, de la qualité des services de proximité à offrir aux populations et à l’accélération du développement local » a-t-il précisé.

Le gouvernement multiplie les efforts pour parachever l’installation de toutes les collectivités territoriales à l’issue des prochaines élections régionales.