• Accueil
  • Rentrée 2021-2022 : des dispositions prises pour une année scolaire réussie

Rentrée 2021-2022 : des dispositions prises pour une année scolaire réussie

Rentrée 2021-2022 : des dispositions prises pour une année scolaire réussie

Les portes des établissements d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de la formation technique et professionnelle sont ouvertes ce lundi 27 septembre 2021 pour le compte de l’année scolaire 2021-2022. Près de 3.000.000 d’apprenants et d’élèves sont concernés contre 2.550.000 l’année dernière. Le gouvernement a mis les bouchées doubles pour un encadrement adéquat dans un contexte de Covid-19. A l’orée de cette rentrée scolaire, le Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé a formulé ses vœux aux acteurs et partenaires de l’éducation.

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les portes des établissements d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de la formation technique et professionnelle sont ouvertes ce lundi 27 septembre 2021 pour le compte de l’année scolaire 2021-2022. Près de 3.000.000 d’apprenants et d’élèves sont concernés contre 2.550.000 l’année dernière. Le gouvernement a mis les bouchées doubles pour un encadrement adéquat dans un contexte de Covid-19.

A l’orée de cette rentrée scolaire, le Président de la République Faure Essozimna Gnassingbé a formulé ses vœux aux acteurs et partenaires de l’éducation. Dans un tweet, le Chef de l’Etat a souhaité une excellente reprise des classes aux enfants et invité le monde éducatif à beaucoup plus d’engagement pour la réussite de l’année.

« A l’entame de la nouvelle année scolaire dans notre pays, je souhaite une bonne rentrée à tous nos élèves et au corps enseignant. J’invite les élèves à chérir l’effort et l’excellence au travail. J’en appelle au sens élevé de responsabilité du personnel enseignant et des parents d’élèves. Que cette année scolaire soit couronnée de succès pour tous » a déclaré le Chef de l’Etat.

Grâce à son leadership et ses orientations, l’année académique écoulée s’est déroulée dans de conditions satisfaisantes sur tous les plans et à tous les niveaux, sans difficultés majeures au monde scolaire.

Le gouvernement a augmenté de façon significative la capacité d’accueil des apprenants. Ainsi, près de 350 salles de classes ont été construites et équipées de table-bancs. 343 autres ont été réhabilitées sur toute l’étendue du territoire.

Pour garder le cap, d’importantes mesures ont été prises en vue de « garantir davantage un environnement d’étude de qualité et de sécurité, gage de réussite » selon le ministre des enseignements primaire, secondaire, de la formation technique et de l’artisanat, Professeur Dodzi Komla Kokoroko.

L’ouverture des classes a été précédée d’une rentrée pédagogique qui a permis au corps enseignant d’être en phase avec les nouvelles règles régissant les activités scolaires en cette période de crise sanitaire.

En vue d’une gestion rationnelle des effectifs, il a été également mis en place un système de double flux dans les établissements dont les effectifs sont beaucoup plus importants.

Le gouvernement entend améliorer davantage la capacité d’accueil avec la construction de 94 salles de classes et 209 sanitaires complétant ainsi les 733 cabines de latrines déjà réalisées. Le démarrage préliminaire des travaux de construction de 30.000 salles de classes d’ici 2025 a été également lancé.

Pour renforcer la résilience des parents d’élèves, le gouvernement a rendu gratuits les frais d’inscription et de scolarité dans les collèges et lycées d’enseignement public pour le compte de cette année académique.

La prise en charge sociale des élèves à travers l’assurance maladie (School Assure) est étendue aux élèves du préscolaire. Il est également prévu l’extension du programme de cantines scolaires à d’autres établissements publics d’enseignement de base et primaire.

L’effectif du personnel d’encadrement sera renforcé avec le recrutement de 2250 enseignants et de 300 inspecteurs et conseillers pédagogiques, pour le compte de l’année académique qui vient de démarrer. 

Pour revitaliser le système éducatif avec un capital humain de qualité, le gouvernement a amorcé des réformes de l’Ecole normale supérieure (ENS) d’Atakpamé et des Ecoles normales des instituteurs (ENI), suite à un diagnostic institutionnel et opérationnel.

Ainsi, les ENI d’Adeta et de Mango seront dédiées à la formation des enseignants du préscolaire et celles de Dapaong, Sotouboua, Tabligbo et Notsé à la formation des enseignants du primaire. L’ENI de Niamtougou quant à elle sera transformée en ENS et placée sous la tutelle de l’Université de Kara alors que celle d’Atakpamé sera rattachée à l’Université de Lomé.

Une autre innovation introduite dans le système éducatif, l’opérationnalisation d’un numéro vert (8250) dès ce lundi 27 septembre 2021 au profit du monde éducatif togolais. Le mécanisme vise à garantir au corps enseignant et élèves une écoute plus active pour l’amélioration optimale de leurs conditions de travail et un meilleur encadrement dans un environnement sécurisé.

Face à ces défis, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Professeur Dodzi Komla Kokoroko demande au personnel enseignant et aux parents d’élèves de donner les leurs pour accompagner les élèves. Il a invité ces derniers à plus de discipline, à la citoyenneté et à la culture de l’excellence.

« Les grands objectifs de modernisation du système éducatif, suivant les documents stratégiques et la feuille de route gouvernementale demeurent nobles et méritent d’être poursuivis et atteints au bénéfice de la jeunesse togolaise. J’exhorte dès lors les élèves et apprenants, à cultiver l’excellence pour une relève de qualité, les enseignants, jardiniers de l’intelligence, à faire preuve de professionnalisme et l’administration scolaire, à incarner le service public éducatif exemplaire. J’invite les parents d’élèves, premiers enseignants de leurs enfants, à raffermir leur responsabilité vis-à-vis des enfants ».

Toutes ces dispositions répondent à l’engagement du Chef de l’Etat de satisfaire les besoins fondamentaux du système éducatif et d’assurer une formation de qualité aux apprenants.